Au cours de mon année universitaire 2012/2013, j’ai regroupé des informations et approfondi mes expériences plastiques. Mon axe de réflexion sur les matières sonores s’est précisé. Au départ mes recherches s’attachaient aux particularités plastiques des ambiances sonores dans les arts plastiques.

Ces perceptions auditives ou espaces sonores « notions fragiles et instables[1] » regroupent différentes catégories de matériaux auditifs, à savoir le bruit, le son et la musique. En tant que violoniste, l’aspect musical des sonorités restait prégnant dans mon travail. Cependant, mes recherches se sont très vite orientées vers le registre des sons et bruits sans pour autant délaisser leur musicalité. Mon travail se positionne dans une continuité logique, j’ai en effet eu l’occasion d’explorer sons et bruits lors de mon expérience plastique réalisée à la Cité des Arts de la Rue pendant ma formation professionnelle « ville instrument – lutherie urbaine »[2] organisée par la FAI AR (Formation Avancée Itinérante des Arts de la Rue).  Au fur et à mesure que j’approfondissais mes recherches ainsi que mes connaissances sur les pratiques artistiques actuelles utilisant les matériaux sonores, plusieurs paramètres de ma démarche se sont précisés. 

J’ai pu donc :

- déterminer un corpus d’artistes dont la pratique interroge l’expression sonore, en affinité avec mes recherches

- constituer les champs sémantiques autour desquels je construis mon discours artistique

- définir un nuancier précis des matériaux sonores utilisés

- centrer ma pratique sur deux domaines de réalisations artistiques, l’installation et la production in situ

- établir un protocole précis de réalisation

- recentrer ma problématique. Elle traitait des matériaux sonores dans l’art contemporain, elle s’attache désormais à la plasticité sonore « le faire sonore »,  comme un acte générateur de sens.


[1] Appréhender l’espace sonore ; l’écoute entre perception et imagination » de Arnaud Meric, 2012, édition l’Harmattan page 10

[2] « ville instrument – lutherie urbaine », une formation professionnelle organisée par la FAI AR (Formation Avancée Itinérante des Arts de la Rue) en 2007 avec comme Initiation pédagogique Michel Risse de la compagnie Décor Sonore (créations et spectacles sonores) / Alain Arraez et Philippe Moutte des Ateliers Sud Side (création, ingénierie, scénographie)