h4

Installation sonore, 2012 (Roche, pioche, bande son de claviers d'ordinateur et d'imprimante)

Photographie de l’Exposition au Pavillon M à Marseille en 2013 dans le cadre de Marseille capitale de la culture.

 

 

h3

h4

 

Hey ho, Hey ho!!!

Installation sonore, 2012 (Roche, pioche, bande son de claviers d'ordinateur et d'imprimante)

Photographie de l’Exposition au Pavillon M à Marseille en 2013 dans le cadre de Marseille capitale de la culture.

           

         Cette production, réalisée en 2012, est proposée ici dans une forme achevée. Elle présente un amas de roches et graviers surmonté d’une pioche. Associée à ces matériaux hétéroclites, une bande sonore tourne en continu, proposant des sons divers de claviers informatiques et autres sons issus d’unités centrales d’ordinateurs. Cependant, je considère qu’elle puisse observer des modifications. Elles pourraient être apportées en fonction du lieu d’exposition qui accueille cette production. Les modifications se porteraient sur la quantité et donc le volume des roches accumulées. La bande sonore, qui propose des sons de claviers informatiques et d’unités centrales, serait conservée à l’identique. Seul son volume sonore serait ajusté à celui des roches et de l’espace occupé par l’installation. Plus l’espace d’installation s’étend, plus le volume de la production sonore augmente.

Cette installation est une réflexion sur la force de travail de l’Homme et sur la notion sociologique de la pénibilité du travail. Cette pénibilité du travail est un des paramètres d’évaluation de la valeur de l’activité réalisée. A travers les âges elle n’a pas le même impact. L’installation propose un regard croisé entre la force première de l’activité humaine qui se résume à percuter un outil sur un matériau élémentaire, ici la roche, et le son de matériels informatiques qui sont au XXI° siècle des outils incontournables quels que soient l’emploi et la qualification. L’enregistrement sonore fonctionne comme un élément de contraste avec le visuel. Il est l’élément qui fait basculer le propos de l’installation, qui oriente l’interrogation du spectateur/auditeur. C’est un travail qui met en scène la capacité du sonore à générer du sens, un sens qui s’impose sur le visuel, qui le sculpte dans sa perception.